Si vous lisez comme un robot, vous écrirez comme un tournevis.

Il manque peu de chose pour que les textes que vous écrivez soient agréables à lire. Il vous suffirait de vous réveiller. Mais on écrit comme on lit; et si vous lisez comme un robot vous écrirez comme un tournevis.

Vous avez mille textes à lire au travail, et jamais assez de temps pour cela. Alors vous lisez en diagonal, vous sautez des mots, votre attention passe d’une formule toute faite à une autre; on va tellement plus vite quand on peut se raccrocher à ce qu’on a déjà vu cent fois. Tant mieux si le texte est l’expression rudimentaire de quelques idées simples. Tant pis s’il y avait des nuances qui vous ont échappées.

En réalité, si vous n’avez pas une formation littéraire ou beaucoup de pratique de l’écriture, vous perdez chaque jour de belles occasions d’améliorer la qualité de vos textes. Vous regardez des films comme un cinéphile, vous écoutez de la musique comme un fan de Jazz ou de Mozart. Pourquoi liriez-vous comme un rien ? Lisez comme un auteur. Parce que vous êtes un auteur : vous écrivez tous les jours au travail.

Lire comme un auteur ne coûte rien, ne prend pas de temps. Il vous suffit d’abandonner le pilotage automatique pour passer en mode lecture active. Tout en captant l’information que contient le texte, gardez un œil sur la façon dont elle est présentée. Cette phrase vous paraît excellente : elle est bâtie comment? Cette formule vous paraît vraiment bien trouvée : quels mots l’auteur du texte a -t-il utilisé? Si vous avez de la chance, le texte que vous êtes en train de lire est un paquet cadeau. Demain, en écrivant, vous allez naturellement vous servir ce que vous y avez trouvé d’utile. Même si le texte que vous lisez est mal ficelé — ce qui est plus souvent le cas que l’inverse — vous avez de la chance. En faisant attention à ce que vous lisez vous allez repérer la phrase qui ne veut rien dire, le mot plein de vent qui ne mène nulle part. Demain, en écrivant, ce sera autant d’erreurs que vous ne commettrez pas.

L’écriture est d’abord une expérience de lecteur. Les personnes qui ne lisent pas de manière active reproduisent quand elles écrivent, par facilité et pour aller plus vite, tous les défauts des textes professionnels qu’elles lisent chaque jour. Vous échapperez à la médiocrité ambiante en vous intéressant à la façon dont ces textes sont (mal) cousus.

À côté, lisez différentes sortes de textes, pour trouver des perles, des mots, des tournures, qui enrichiront votre écriture au bureau. Lisez « large », pour variez vos sources d’inspiration. Ne lisez pas trop « large » : choisissez des livres ou des articles dont le style peut correspondre à vos besoins professionnels.

Mais, surtout, fuyez les textes bas de gamme, écrits avec les pieds. Comme le disent les informaticiens : garbage in, garbage out. En matière de lecture il est bon de surveiller ses fréquentations.

Je vous laisse avec Stephen King; il a beaucoup réfléchi à ce qu’il faut faire et ne pas faire pour maîtriser son écriture.

Conseil en Écriture. Suivez Ecrire C Vendre sur Facebook

Conseil en Écriture. Suivez Ecrire C Vendre sur Facebook